Prise de décision par consentement

Analyse :

L’exemple simple ci-dessus illustre le cas d’une décision à prendre par les habitants concernant la construction de nouveaux habitats dans le village. Rosette (à gauche) aime le calme, la verdure et les grands espaces. Elle souhaiterait la construction de chalets isolés. Marin (à droite) souhaite contenir l’expansion du village et concentrer l’urbanisme. Il préférerait la construction d’un immeuble de quelques étages. Rosette et Marin ne sont donc pas d’accord. Dans ce cas précis, il parait impossible de trouver une solution alliant la préférence de chacun : le consensus est impossible. Néanmoins il est possible en réfléchissant ensemble de trouver une solution à laquelle ni Rosette ni Marin n’a d’objection : la construction de gros chalets pour plusieurs familles, entourées de verdures. Cette solution ne fait pas nécessairement consensus (ce n’est la préférence ni de Rosette, ni de Marin) mais elle recueille le consentement des oiseaux : personne n’a d’objection valide pour la rejeter.

Ce qu’il faut retenir :

  • La prise de décision par consentement permet de s’accorder sur une solution à laquelle personne ne s’oppose.
  • Il y a certainement d’autres solutions possibles, ce n’est peut-être la préférence de personne, mais c’est une solution acceptable par tous : il ne s’agit pas de trouver un optimum mais un possible.
  • Ne pas confondre le consensus où tout le monde dit oui avec le consentement où personne ne dit non.

Pour en savoir plus :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *